L’isolation thermique, Décoration et redistribuer l’espace d’un appartemen, décoration moderne, rénovation appartement paris, décoration chambre, maison

Egr rénovation

L’isolation acoustique(2)

Les bruits intérieurs

  • Les chocs

Plusieurs techniques permettent d’insonoriser un plancher qui, en transmettant les vibrations, est le plus grand responsable du bruit intérieur. Le plancher flottant est un procédé éprouvé à condition de prendre toutes les précautions. Il faut, en tout cas, consulter l’architecte de l’immeuble et obtenir l’autorisation d’entreprendre les travaux. Le nouveau plancher représente en effet un surcroît de charge appréciable. Voici comment on procède. Le plancher existant reçoit d’abord un matelas résilient – laine de verre, granulé de liège, polystyrène expansé, épais d’un cm au moins. Détail essentiel, ce matelas doit être relevé sur les bords de façon à affleurer la surface du revêtement final. On étale ensuite une feuille de papier bitumé. La dalle de béton est alors coulée sur le matelas. Enfin, le matériau de revêtement, parquet, carrelage, peut être posé. Encore une fois ce matériau doit être séparé du mur tout le long de la pièce par la partie relevée du matelas résilient. Aucun inconvénient décoratif : la plinthe cache tout. Et c’est ici qu’il faut prendre la seconde précaution essentielle : la plinthe doit être fixée à la paroi sans toucher la surface du sol. L’intervalle doit être d’un demi-centimètre au moins. Sans quoi l’effet recherché est compromis.

Deux techniques simplifiées suffisent cependant dans un grand nombre de cas.

  1. Les tapis de caoutchouc sur mousse comprennent une couche d’usure fixée sur un matelas résilient. Deux avantages. La surcharge est négligeable. Il n’est pas nécessaire d’obtenir une autorisation spéciale et le procédé est certainement moins onéreux. En revanche il oblige pratiquement à retenir la moquette comme revêtement décoratif. Parquet et carrelage sont techniquement exclus.
  2. Les moquettes assurent une isolation acoustique sensiblement égale. Les deux couches d’étoffe, thibaude puis moquette, amortissent les chocs.

Une trouvaille américaine: la brique de liège poli qui amortit les bruits d’impact.
Ce qu’il ne faut jamais oublier. Canalisations et appareils de chauffage sont parfois les grands responsables du bruit. Il faut savoir :

  1. Que les tuyauteries en matière plastique sont nettement moins bruyantes. Le tuyautries à la fonte ou à l’acier. Ni l’un ni l’autre cependant n’évitent les crépitements désagréables qui secouent parfois les canalisations d’eau. La solution est d’ailleurs bien simple : faire poser un appareil qui supprime les « coups de bélier ».
  2. Qu’un chauffage par air pulsé, du fait qu’il est placé à proximité des pièces d’habitation, voire au centre de l’appartement, peut être une source de bruit importante. La chaudière et les ventilateurs sont le siège de vibrations contre lesquelles il est difficile de lutter quand tout est en place puisqu’on ne peut pas songer à isoler un ventilateur dont le rôle est précisément de diffuser de l’air chaud. Il faut donc penser à l’insonorisation de l’ensemble avant même de faire poser les appareils et les gaines. Il faut insonoriser les trois points suivants : les ventilateurs que l’on munit de dispositifs antivibratoires ; les gaines que l’on coupe au moyen de « soufflets » en caoutchouc ou en matière plastique ; les bouches de soufflage qui peuvent être munies de « chicanes » absorbantes.
  3. Les bruits aériens

Les bruits aériens

Que les tuyauteries en matière plastique sont nettement moins bruyantes. Le tuyautries à la fonte ou à l’acier. Ni l’un ni l’autre cependant n’évitent les crépitements désagréables qui secouent parfois les canalisations d’eau. La solution est d’ailleurs bien simple : faire poser un appareil qui supprime les « coups de bélier ».

Seconde précaution presque toujours négligée : on peut peindre certaines dalles – pas toutes- à condition de choisir une peinture non réfléchissante telle que les peintures à émulsion. Il y a un triple problème posé par l’adhérence, les réactions chimiques éventuelles et l’état de surface du « fil » peint qu’il convient de ne pas détériorer. Seul l’ingénieur-conseil peut donner toutes les précisions utiles selon les cas d’espèce. Enfin une recommandation capitale : la mise en œuvre revêt autant d’importance que le matériau choisi. Tel panneau de fibre agglomérée présente une capacité d’absorption qui varie du simple au triple pour une fréquence de sons déterminée selon qu’il est collé directement au plafond ou appliqué sous un faux plafond. Certains matériaux ne supportent pas des variations de température élevées et se détériorent à l’humidité. Le problème est donc inséparable de l’isolation thermique.

L’isolation thermique

Le principe de l’isolation demeure le même : rien de tel que le vide pour opposer une barrière au froid ou à la chaleur. Donc : doubles murs ou contrecloisons feront également office d’isolants thermiques. Une seule nuance : les précautions telles que l’isolement absolu des deux faces ne sont pas nécessaires s’il s’agit seulement d’isolation thermique (mais il est toujours bon d’assurer la double isolation acoustique et thermique à la fois. Après, il sera trop tard. Le propriétaire ou le locataire le plus entreprenant n’aura pas le cœur de démonter une cloison simplement pour redisposer des chevrons en quinconce). Les doubles vitrages sont également indispensables. On évalue à 50% l’économie de chauffage qui peut en résulter. Pour le sol enfin, la solution gagne en simplicité : moquette ordinaire dans les pièces d’habitation, en nylon dans les salles de bain, dalles thermoplastiques dans les cuisines, etc., à la condition cependant que le froid ne soit pas aggravé par l’humidité. Car ici il faut changer de méthode.

Suite (1) - (2) - (3) - (4) - (5)

Google+ Alexandre Cavira +Alexandre Cavira

Devis en ligne

Pourquoi choisir EGR ?

Nous sommes à l'écoute de votre projet. Nous vous élaborons des devis quantitatifs et détaillés
Nous vous proposons des solutions adaptées techniquement et financièrement
Le suivi et la direction des travaux. La réception ainsi que la gestion des levées de réserves